13/09/2022

L'état est reconnu comme responsable dans le scandale sanitaire du chlordécone aux Antilles.

Classé cancérigène depuis 1979, ce dernier avait été interdit en France en 1990, mais autorisé en Martinique et en Guadeloupe jusqu’en 1993, suite à de nombreuses dérogations ministérielles, entrainant ainsi une pollution de l’alimentation et une contamination de plus de 90% de la population Antillaise.

Réparations ?

Malgré le rejet par les magistrats administratifs de la demande d’indemnisation de plusieurs associations antillaises (1241 personnes ont demandé une indemnisation personnelle de 15 000 euros), de recours et autres procédures sont et vont être entamés.

Source: https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/06/29/chlordecone-aux-antilles-les-negligences-fautives-de-l-etat-reconnues-par-la-justice_6132521_3244.html